Comment affronter une crise dans un club de foot?

Beaucoup de clubs ont traversé une crise et ils ne l’ont pas tous surmonté. Une crise peut être plus ou moins importante et est souvent provoquée par des résultats sportifs décevants ou une mauvaise gestion qui peut avoir de graves conséquences. Dans la majorité des cas, celle-ci se traduit par une relégation qui provoque une chute des revenus et une perte d’intérêt de la part des supporters.

Existe-il des solutions pour surmonter une crise économique et/ou sportive ? Oui ! Certains clubs y sont parvenus de façon exceptionnelle, c’est le cas du RC Strasbourg Alsace qui suite à une gestion désastreuse a dû faire face à une liquidation financière et recommencer depuis zéro en CFA2 (cinquième échelon national). Néanmoins le cas du RCSA fera l’objet d’une analyse complète dans un prochain post.

Il existe également des cas moindres comme celui de l’Atlético de Madrid qui est parvenu à transformer sa crise sportive et sa relégation en deuxième division au début des années 2000 en une force, mettant en avant des valeurs de persévérance suite à leur retour de l' »enfer ».

Pour ce post, nous prendrons l’exemple de deux clubs, un français et un espagnol.

  • FC Nantes – Francia

Le FC Nantes est un club symbolique en France qui s’est positionné grâce à son style de jeu dans les années 80 (jeu à la nantaise).

Comme Le RCSA, Le FC Nantes est passé par une importante crise entre 2005 et 2013. La crise avait commencé en 2005, le club qui était alors habitué à jouer les premiers rôles s’est soudainement retrouvé en bas de classement jouant son maintien dans l’élite française. En 2007, l’équipe touche fond, une gestion désastreuse et un recrutement peu convaincant conduisent les supporters à un ras-le-bol général. Mécontentement qui sera justifié quelques mois plus tard avec la relégation du club nantais en deuxième division pour la première fois de son histoire. Après une période de doute pendant l’été, tous les nantais se réaniment supposant que le séjour en deuxième division ne sera que de courte durée. La suite, sera toute autre, le club se verra confronté à jouer sa survie en deuxième division et le club semble se diriger lentement vers sa fin.

En 2009, après deux saisons chaotiques, le club décide enfin de réagir et de ne plus seulement espérer un redressement de la situation sportive et met en œuvre une série d’actions pour reconquérir son public. Le FC Nantes a la particularité d’appartenir à la Bretagne, région où le sentiment d’identité locale est très fort. Pour Eric Chevirer, directeur commercial du club, c’était alors évident, il fallait parvenir à redonner de la joie aux nantais et les impliquer dans la vie du club sans tenir compte des résultats sportifs. Il fallait parvenir à offrir un sentiment d’appartenance au club et au territoire.

Pour se rapprocher du public, le club adopta une stratégie de reconquête et d’identification sociale au travers d’actions de proximité.

La première initiative fut l’organisation d’un marathon qui offre de la visibilité aux entreprises locales afin de les fidéliser au club et par la même occasion impliquer tous les acteurs locaux afin de favoriser ce sentiment de relation entre le club et son territoire.

Autre action importante, l’activation marketing de Volotea qui a personnalisé un avion aux couleurs du club et qui a suscité de belles réactions de la part du public.

Enfin, pour éviter de nouveaux problèmes, le club a décidé d’abandonner toutes les agences avec lesquelles il travaillait et de réaliser une gestion 100% interne.

Aujourd’hui, le club est à nouveau bien installé en ligue 1 et peut commencer à ambitionner de nouveaux marchés notamment grâce à l’arrivée de Claudio Ranieri (déjà sur le départ?). Qui plus est, selon France Football, le club nantais est le plus apprécié des français.

  • Real Oviedo :

Le Real Oviedo est un club important dans le panorama du football espagnol. En 2003, le club pour raisons économiques descend en tercera (quatrième division nationale). L’équipe de Oviedo survit grâce à ses fans qui aident son club dans tous les aspects allant jusqu’à tondre eux-mêmes la pelouse.

La survie de ce club, s’est traduite par un amour mutuel entre le club et ses fans construit depuis de longues années. Tous les habitants d’Oviedo souhaitaient la survie du club et c’est pourquoi alors que le club jouait au niveau amateur, le Real Oviedo comptait sur 13.000 abonnés pour 200.000 habitants.

Le real Oviedo a surmonté cette crise en faisant de son club, le club de tous. Malgré le soutien de tous, le club est toujours en crise en 2012 et son avenir incertain. Le club devait récolter 1,9 millions d’euros en moins de deux mois. Pour se faire, le Real Oviedo mis en place une idée originale, vendre des actions du club à 11€. L’idée fut soutenue par les anciennes gloire du club tels que Mata ou Cazorla mais pas que. Le Real Madrid décida également d’aider le Real Oviedo car comme le disait un fan du club « si le Real Oviedo meurt, le football meurt. Le Real Oviedo, c’est comme un bon ami, on doit l’aider. »

Cette action fut très médiatisée, cela ajouté à l’initiative de Sid Lowe, journaliste de The Guardian qui lança le hashtag #SOSREALOVIEDO, avait permis au club de récolter la somme nécessaire à sa survie.

Autre point amusant, le journal AS, en comparant le club à un panda en voie d’extinction avait sans le vouloir attiré le soutien d’un club chinois.

Enfin, la médiatisation faite pour sauver le club fut telle, qu’un certain Carlos Slim décida de devenir investisseur et d’aider le club à retrouver son passé glorieux.

En résumé une crise est un moment délicat dans la vie d’un club cependant le football est générateur de valeurs. Pour survivre, un club ne peut pas seulement s’appuyer sur ses résultats sportifs, il doit construire un sentiment d’appartenance qui permet aux fans de s’identifier au club, au territoire.

Publicités

Laisser un commentaire